Les conclusions de ce rapport commandé par Greenpeace seraient « tellement alarmistes » que les experts auraient décidé « de ne rendre publique qu’une version expurgée des informations les plus sensibles »…

 

Les conclusions d’un rapport d’experts du nucléaire et du terrorisme, mandatés par Greenpeace, pour étudier la sécurité des centrales nucléairesfrançaises face au risque terroriste sont si inquiétantes que l’ONG ne rendra publique mardi qu’une version expurgée des informations les plus sensibles, révèle Le Parisien dans son édition de mardi.

En mandatant ces sept experts (trois Français, une Allemande, deux Britanniques et un Américain), l’idée de l’ONG de défense de l’environnement était « d’identifier les failles de sécurité et d’alerter les pouvoirs publics et EDF », qui exploite les 19 centrales françaises, sur « le danger que cela représente » en cas d’attaque terroriste, rapporte le quotidien.

D’après le Parisien, « les conclusions du rapport sont tellement alarmistes que les experts et Greenpeace, pourtant rompus aux hypothèses les plus inquiétantes ont décidé de ne rendre publique ce matin qu’une version expurgée des informations les plus sensibles ».

>> A lire aussi : «Bilan satisfaisant» pour la centrale de Fessenheim, mais le gendarme de la sûreté nucléaire attend une «clarification»

Le renforcement de la protection coûterait « entre 140 et 222 milliards d’euros »

Seules sept copies de ce rapport seront remises mardi matin par le directeur général de Greenpeace France, Jean-François Julliard, à des hauts fonctionnaires en charge des questions de défense et sécurité au sein des institutions (ASN, IRSN et Cossen) et du gouvernement, selon la même source.

Le chargé de campagne auprès de Greenpeace, Yannick Rousselet justifie cette décision en expliquant qu’il « s’agit d’alerter l’opinion et les pouvoirs publics, pas de donner des idées à des personnes mal intentionnées ».

>> A lire aussi : La filière nucléaire stagne dans le monde et l’avenir du secteur s’assombrit

Les experts concluent à un « déficit historique de la protection de nos installations », particulièrement celle des piscines de refroidissement. Le renforcement des 62 piscines de refroidissement et des 58 réacteurs coûterait « entre 140 et 222 milliards d’euros », selon les experts, « soit entre trois et cinq fois ce qu’EDF a prévu de dépenser pour prolonger la durée de vie des centrales », a calculé le Parisien.

Les experts ont « imaginé le pire pour éviter qu’il ne survienne » explique encore le quotidien auquel le directeur du parc nucléaire d’EDF, Philippe Sasseigne assure que « tous les moyens sont mis en œuvre et de manière coordonnée, entre EDF et l’Etat » pour assurer la sécurité des centrales face aux nouvelles formes de menaces.

source

Retour à l'accueil