Bien que la qualité de l'air soit en amélioration sur le continent, le nombre de décès provoqués par la pollution fait tressaillir. Chaque année, ce sont plus de 500.000 Européens qui meurent prématurément à cause de la toxicité de l’environnement, indique le rapport de l'Agence européenne pour l'environnement (AEE).

Selon le rapport de l'Agence européenne pour l'environnement publié ce mercredi 11 octobre, la pollution de l'air a provoqué en 2014, la mort prématurée de 520.400 personnes en Europe, dont plus de 487.000 uniquement au sein de l'Union européenne.

 

L'Agence européenne de l'environnement indique que les grandes villes européennes sont toujours asphyxiées par des nuages de particules fines, d'ozone et de dioxyde d'azote.

 

Selon l'agence, les particules fines de 2,5 microns qui se logent dans les poumons, provoquent ainsi la mortprématurée de près de 428.000 personnes chaque année dans 41 pays d'Europe. Le bilan est de 399.000 si les calculs sont réalisés dans les 28 États membres de l'Union européenne.

Le dioxyde d'azote et l'ozone tuent respectivement 78.000 et 14.4000 personnes par an. Des chiffres très similaires si l'on prend en compte seulement l'UE.

L'accident vasculaire cérébral (AVC) et l'infarctus sont les principales causes de ces décès. Les pathologies respiratoires et les cancers du poumon sont également responsables de milliers de décès chaque année.

Selon l'Agence européenne pour l'environnement, citée pat le site Pourquoi Docteur?, la Pologne et la Bulgarie sont les premières victimes de la pollution. Les pays d'Europe qui déplorent moins de morts à cause de la pollution sont la Suède, la Norvège et la Finlande.

Retour à l'accueil