SMS de Sibeth N’Diaye: «Il fallait vraiment être un sacré gogo, pour avoir cru à la parole macroniste »

C’est donc ça faire de la politique autrement ?  C’est ainsi que l’on apporte de la moralisation dans un milieu qui entre nous ne doit pas en avoir ? Ainsi, voler, truquer, raconter des cracks, s’absenter, dormir, ou que sais-je encore sont les nouvelles mamelles de la façon de gouverner. Une façon plus noble, plus belle et plus intelligible d’être dans le sens commun.

Je ne suis pas né de la dernière pluie, et je connais parfaitement le monde des institutions, par conséquent je sais ce qu’il en coûte et ce qu’il doit en être. C’est parce que je ne supportais plus ces façons de faire que j’en suis parti. Je ne supportais plus la communication de nos parlementaires éclairés, se battant contre la gauche comme de beaux diables face caméra, puis allant bras dessus, bras dessous après l’avoir éteintes avec ces mêmes opposants. Les négociations de couloir, les connivences permanentes, les mensonges exprimés à un peuple naïf, tout cela me passait au-dessus de la tête. Je ne le pas c’était pourri jusqu’à l’os, et peut-être moi-même l’étais-je d’une certaine façon.

Seulement la macronie arriva comme la pomme tomba sur la tête de Newton, une lumière sur la face de cette ancienne génération que les Français voyaient comme désuets. Ils avaient des beaux principes dits « nouveaux », tout était transparent, fallait réconcilier les gens avec la république.

Il n’en est rien, ils sont aussi voleurs que leurs aînés, j’irai même plus loin ils sont encore plus incompétents c’est dire. Ils n’ont d’ailleurs même pas l’outrecuidance de cacher la tambouille interne et affirment ouvertement qu’ils nous mentent. Ainsi, la conseillère communication, vous savez celle qui colle à Macron telle une mouche à ce que vous m’avez compris, et bien après avoir affirmé bien haut et surtout bien fort « j’assume parfaitement de mentir pour protéger le président », voilà qu’elle envoie des SMS aux journalistes sur la mort de Simone Veil : « Yes, la meuf est dead ». Deux fois en deux mois ça fait beaucoup quand même non ?

On voit là le respect de ces élites cosmopolites face aux électeurs, mais entre nous ces derniers qu’attendaient-ils de plus ? Il fallait vraiment être un sacré gogo, pour avoir cru à la parole macroniste.

Mike Borowski pour lagauchematuer.fr

Retour à l'accueil