Les retraités de plus en plus jetés à la rue

Les opérations de délogement se multiplient durant les vacances estivales. Des expulsions qui touchent de plus en plus de retraités menacés de se retrouver à la rue.

 

Le sujet est préoccupant. Et les drames se multiplient. Les expulsions de locataires en difficulté n’ont jamais été aussi nombreuses. Entre 2013 et 2016, les opérations de délogement ont fait un bond de 50% passant de 10.000 à 15.000 en trois ans, selon la Fondation Abbé Pierre. Alors que les logements d’urgence sont souvent surchargés, cette problématique touchent de plus en plus de retraités. 

En mai dernier, un retraité de 65 ans avait ainsi mis fin à ses jours. L’homme avait été retrouvé pendu dans sa cave où il avait trouvé refuge. Il n'avait pas supporté de se faire expulser de son logement situé dans les Yvelines. “Les personnes âgées menacées sont de plus en plus nombreuses, rappelle Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l’association Droit au logement sur BFMTV. Les expulsions se font de manière massive et en silence.” C’est le cas d’Hassen, 69 ans. Retraité et diabétique, il a reçu un avis d'expulsion d’un logement qu’il occupe depuis 5 ans. Motif : un retard de paiement. “C’est la rue. Je me retrouve à la rue, confie-t-il. J’ai un logement où j’ai mes affaires, mes biens, mes souvenirs, mes papiers.” 

Pour ces personnes âgées dans la précarité, la rue n'est pas une option possible alors que près de 3 millions de logements restent inoccupés en France. “On accélère leur fin de vie, tout simplement, insiste Jean-Baptiste Eyraud. C’est criminel de les mettre à la rue. L’espérance de vie c’est pas 15 ans, c’est quelques mois.”  

valeursactuelles.com

Retour à l'accueil