Hébergement des SDF : situation alarmante dans certains départements français

Entre le 10 juin et le 10 juillet 2017, 20.845 personnes ont appelé le numéro du Samu pour obtenir un logement d'urgence. Plus de la moitié d'entre elles n'ont pas pu être satisfaites. Dans certains départements, les demandes ont triplé par rapport à l'été 2016.

La misère n'est pas moins pénible au soleil. À en juger par les derniers chiffres du Baromètre du 115, rendus publics ce mardi, ce serait même plutôt le contraire. Conçu en 2011 par la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS), un collectif regroupant les associations de lutte contre l'exclusion (Secours catholique, Emmaüs, Armée du salut), ce baromètre a pour but «d'objectifier» les besoins en hébergement des personnes sans abri dans quarante et un départements français. Sa dernière édition analyse les demandes et les réponses du numéro d'urgence 115 entre le 10 juin et le 10 juillet.

«Les résultats montrent une situation particulièrement alarmante à Paris, en Gironde et dans les Bouches-du-Rhône», note le baromètre.

Autre fait saillant du baromètre: parmi les sans-abri ayant appelé le 115, on note une forte hausse des jeunes âgées de 18 à 24 ans. 

«Face à l'urgence de la situation, nous demandons aux pouvoirs publics de trouver rapidement des solutions d'hébergement et de relogement dignes et durables pour les personnes actuellement à la rue, en mobilisant les bâtiments vides et les contingents de logements sociaux», note la Fédération des acteurs de la solidarité, qui rappelle que «la vie à la rue est aussi dangereuse l'été que l'hiver». Selon elle, les derniers chiffres du baromètre «montrent que le système d'ouvertures et de fermetures de places selon les saisons ne fonctionne pas, et que c'est l'ensemble de la politique du logement en France qu'il faut redéfinir».

En savoir plus sur lefigaro.fr

Retour à l'accueil