Vous rechignez à jeter l'éponge ? Les travaux de ces microbiologistes, publiés dans la revue Scientific Reports, risquent de vous faire changer d'avis.
 
GERMES. Humidité, restes alimentaires... voilà un milieu bien propice à l'hébergement des bactéries : l'éponge de cuisine. Selon l'étude de chercheurs allemands spécialisés en microbiologie, publiés dans la revue Scientific Reports en juillet 2017, chaque centimètre cube d'éponge contiendrait des millions de germes. Oui, il s'agit précisément de l'éponge grâce à laquelle vous lavez chaque jour la vaisselle...
 
Un bouillon de culture propice aux infections intestinales
 
Les scientifiques ont analysé la population microbienne de 14 éponges, dont le dessus et le dessous avec préalablement été séparés - de façon stérile, constituant ainsi 28 échantillons. Leurs résultats ont montré la présence de nombreux micro-organismes inoffensifs (voir schéma ci-dessous), mais pas que. Ils ont également trouvé - en petite quantité - l'ADN de bactéries potentiellement pathogènes, telles que des entérobactéries (Escherichia, Citrobacter, Leclercia), généralement responsables d'infections intestinales. En revanche, "d'autres micro-organismes potentiellement pathogènes isolés précédemment des éponges de cuisine, tels que Salmonella, Proteus et Campylobacter, n'ont pas été détectés dans notre étude", rassurent les auteurs,
 
CULTURES. "Les éponges de cuisine, en raison de leur nature poreuse et de leur capacité à stocker de l'eau, représentent un incubateur idéal pour les microorganismes", précisent-ils aussi. D'où viennent ces bactéries ? Des aliments, des surfaces qui ont été en contact ou encore... de notre peau. Les chercheurs précisent que les échantillons analysés proviennent tous de foyers allemands proches géographiquement et que la composition bactérienne pourrait varier d'une région à l'autre, selon les habitudes culturelles et alimentaires.
 
 
A) Éponge de cuisine (B) Echelle : 1 mm (C) Camemberts montrant la composition des bactérie du microbiome des éponges de cuisine. Pour une meilleure lisibilité, seule les 20 ordres et familles de bactéries les plus fréquents sont indiqués.
 
Par ailleurs, les éponges ne sont sûrement pas tout à fait stériles à la base. Néanmoins, les auteurs n'ont pas retrouvé les bactéries listées ci-dessus sur des éponges neuves, suggérant que celles-ci sont bien largement la conséquence de leur utilisation.
 
HYGIÈNE. Pour limiter cette colonisation, les scientifiques recommandent de changer d'éponge toutes les semaines. Ils conseillent également de les rincer avec de l'eau et du produit vaisselle après chaque utilisation, et de toujours bien essorer après le rinçage.
 
Retour à l'accueil