On veut nous vacciner de force… Pendant ce temps, Sanofi rachète un labo US de vaccins spéciaux !

Comme vous avez dû en entendre parler, le gouvernement veut vous piquer massivement au mépris de toutes les inquiétudes légitimes qui entourent de telles doses massives d’injections, en particulier sur de très jeunes organismes.

Ce cocktail vaccinatoire est une pure folie en termes même intellectuels.

La vaccination a été un progrès fabuleux dans le domaine de la santé. Telle n’est pas la question.

Le principe de la vaccination est une merveilleuse découverte, mais encore faut-il se souvenir du principe de base, qui consiste à stimuler le système immunitaire en injectant “un peu” de maladie !!

Nous en sommes très loin désormais, et pour des questions sombres de coûts et de profits, on vous injecte surtout des adjuvants que l’on sait particulièrement toxiques et susceptibles de déclencher des réactions extrêmes des corps.  C’est CONNU. C’est une certitude. Et nos dirigeants devraient lire les notices des vaccins qu’ils rendent eux-mêmes obligatoires !!

C’est comme tout… « C’est la quantité qui fait le poison », et là où la vaccination n’est pas remise en cause sur les 3 vaccins obligatoires que l’écrasante majorité des gens acceptent parfaitement, on veut nous imposer un délire vaccinatoire particulièrement inquiétant et qui pose de très sérieuses questions sur la finalité de cette décision !

 

On veut notre bien ? Ou le bien des bénéfices de Sanofi et des autres labos ?

Alors que la vaccination n’a jamais été un sujet de campagne de Macron, elle fut la première décision du gouvernement et du Premier ministre lors de son discours de politique générale.

Cette symbolique même de l’annonce est suffisamment surprenante pour être notée et relevée.

Il n’y avait aucune raison objective à cela… 8 enfants morts de la rougeole ? Un drame, certes. Mais nettement moins grave (statistiquement) que nos 3 000 morts sur les routes dont plein d’enfants, ou encore nos 11 000 suicidés, ou encore les 80 000 morts de la cigarette, les 40 000 de la pollution… sans oublier qu’en France, chaque année, c’est plus entre 600 et 700 000 personnes qui décèdent…

Le problème c’est que l’on est en droit de se poser la question de savoir quel est le cadeau fait aux labos. Quelles sont les collusions ? Quels sont les conflits d’intérêts ?

Cela doit être dit.

Cela doit être posé.

Cela doit être dénoncé.

Et l’information suivante doit être reprise, diffusée, colportée, criée sur tous les toits. Vous devez savoir !

Savoir que quand on veut vous piquer, Sanofi, un des plus grands labos, investit justement sans ses profits futurs faits sur le dos de votre santé ET de votre porte-monnaie, car la sécu… c’est vous, c’est moi, c’est nous et notre bien commun !

 

Sanofi se renforce dans les vaccins en rachetant l’américain Protein Sciences

Voilà ce que nous rapporte cette dépêche de la très officielle agence AFP.

« Sanofi va faire l’acquisition de l’américain Protein Sciences pour un montant pouvant aller jusqu’à 750 millions de dollars, une opération relativement modeste à l’échelle du groupe, mais qui devrait lui permettre de se renforcer dans les vaccins antigrippaux aux États-Unis.

Fondé en 1983 dans le Connecticut (nord-est des États-Unis), Protein Sciences a obtenu en octobre dernier l’autorisation de commercialiser aux États-Unis son vaccin antigrippal quadrivalent Flublok, le premier vaccin antigrippal à base de protéine recombinante approuvé dans le pays.

Cela va permettre à Sanofi d’élargir son portefeuille de vaccins antigrippaux «et de lui adjoindre un vaccin produit sans avoir recours à des œufs», a souligné David Loew, responsable de Sanofi Pasteur, la division vaccins du groupe, cité dans le communiqué.

«Un vaccin à base de protéine recombinante permet d’éviter tout risque infectieux» en cas d’œufs contaminés, car le procédé «n’implique aucun produit vivant au départ, tout se fait dans des bioréacteurs», a expliqué à l’AFP Éric Le Berrigaud, analyste du secteur pharmaceutique chez Bryan Garnier.

Sanofi Pasteur est l’un des leaders mondiaux du marché très concentré des vaccins, et notamment des vaccins saisonniers contre la grippe.

En 2016, cette division a ainsi produit 40 % des vaccins antigrippaux distribués dans le monde, qui représentent un marché global de 5 milliards de dollars, dont la moitié environ aux États-Unis. »

On voit bien que les vaccins ne sont qu’un marché comme les autres.

 

L’alibi de la santé ne reste qu’un alibi…

Pendant que l’on veut vous piquer, de grands labos se frottent les mains pour les bénéfices futurs et prennent des positions, font des acquisitions.

Les vaccinations massives seront le prochain scandale sanitaire. Édouard Philippe sera sans doute le futur « responsable mais non coupable ».

Mais ce jour-là on pourra ressortir cet article et tous les autres, et lui dire “VOUS êtes responsable. Vous êtes coupable, car VOUS saviez ou vous auriez dû savoir”.

Et c’est sur cet angle-là que nous devons axer la lutte.

Mettre en cause dès maintenant la responsabilité future de nos dirigeants pour engager dès à présent leur responsabilité personnelle et pénale.

Nous devons dénoncer avec force, pas tant la vaccination, que le totalitarisme marchand qui s’est emparé de notre santé par la corruption massive de nos élites dirigeantes.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Des médecins scolaires refusent de prendre la responsabilité de vacciner

Publié par wikistrike.com sur 13 Juillet 2017, 09:14am

Catégories : #Santé - psychologie

Des médecins scolaires refusent de prendre la responsabilité de vacciner

Il y a dans notre société une évolution lente et permanente en direction de la vaccination obligatoire. En effet certaines vaccinations sont de plus en plus souvent exigées dans certaines professions. En début de carrière, le personnel médical doit souvent se faire vacciner contre l’hépatite B qui se transmet prétendument par le sang. Chaque année un appel est lancé au personnel soignant et aux médecins de se faire vacciner contre la grippe.

De même certaines vaccinations sont conseillées aux militaires et aux pompiers.

Mais est-ce que la prescription de telles mesures médicales est vraiment la mission de l’Etat ?

Voici la voix du Professeur Newman qui vivait au 19ème siècle :

« Je prétends que la prescription d’un procédé médical ou l’adoption d’une théorie scientifique va au-delà de la compétence de l’Etat. »

D’un côté des vaccinations sont recommandées pour la protection de la santé, de l’autre les médecins scolaires commencent à refuser de prendre la responsabilité de vacciner.

Quelques écoles viennoises sont pleines d’agitation à cause de l’arrêt des vaccinations : Des médecins refusent de prendre la responsabilité de vacciner les enfants. Roman Häfele chef des médecins scolaires viennois confirme qu’après des problèmes en automne la situation juridique a été clarifiée : les médecins scolaires sont responsables. Depuis ce moment-là plusieurs médecins ne pratiquent plus de vaccinations. Avec cette disposition réglementaire la discussion sur les dommages liés à la vaccination passe à une nouvelle dimension. Il reste la question suivante : Pourquoi les médecins refusent-ils de prendre la responsabilité en cas de dommages si les vaccinations sont recommandées pour maintenir en bonne santé et même obligatoires pour certains métiers ?

de ch. / mgl.

Antivaccins : des mensonges dans un débat légitime….

Une question sur les vaccins, a été posée à un ex-chirurgien chef d’un hôpital français, ami du questionneur. Merci à C.L. Le décodex étant passé par là, voici l’article qu’il lui a envoyé en réponse:

Les bébés recevront-ils 76 doses en dix-huit mois ? L’aluminium est-il dangereux ? Les arguments des opposants aux vaccins sont parfois entachés de contre-vérités.

 

 

LE MONDE

Le gouvernement souhaite passer de trois à onze vaccins obligatoires pour la petite enfance à partir de 2018. Les huit vaccins qui sont aujourd’hui simplement recommandés (contre la coqueluche, le virus de l’hépatite B, la bactérie Haemophilus influenzae, le pneumocoque, le méningocoque C et les virus de la rougeole, des oreillons et de la rubéole) s’ajouteront donc à ceux contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP). La ministre de la santé Agnès Buzyn entend aller vite sur ce dossier, en entérinant la mesure via une loi qu’elle veut voir examinée au Parlement dès l’automne.

Il s’agit d’un choix majeur en termes de santé publique, qui fait donc légitimement débat. Est-ce la bonne manière d’améliorer la couverture vaccinale en France ? Cette nouvelle obligation doit-elle être temporaire ou permanente ? Faut-il considérer les vaccins comme un enjeu qui dépasse les choix personnels, dans la mesure où ils bénéficient à la population au-delà des seuls vaccinés ? Ou bien faut-il ouvrir la porte à une clause d’exemption pour les parents hostiles à la vaccination, quitte à conditionner ce droit au fait qu’ils assument les possibles responsabilités civiles de leur refus ?

Toutes ces questions existent et méritent une réflexion approfondie. Mais depuis l’annonce du gouvernement, de nombreux argumentaires (pétitions, tribunes, témoignages…) qui circulent sur internet et les réseaux sociaux diffusent de fausses informations sur la vaccination. Face à cette propagande, quelques rappels s’imposent.

  1. Onze vaccins, mais pas onze piqûres à chaque fois

CE QUE DIT LA RUMEUR

De nombreux opposants au passage à 11 vaccins obligatoires jouent sur les peurs en affirmant que cela engendrait un nombre de piqûres démesuré. On lit notamment dans une pétition du site santenatureinnovation.com (qui diffuse parfois des informations exagérées ou dépourvues de sources, comme nous l’avons mentionné dans le Décodex) qu’« avec onze vaccins, ce sont 25 à 40 doses » administrées à un enfant avant ses 18 mois, en comptant les vaccins et les rappels. Alors que les trois vaccins obligatoires aujourd’hui représentent déjà « 9 doses » et que « rien qu’avec ça, il faut voir comme une mère tremble en voyant le médecin piquer son nouveau-né ».

L’eurodéputée écologiste Michèle Rivasi, va encore plus loin en écrivant dans une tribune sur le site Reporterre que « le calendrier des 11 obligations vaccinales envisagées représenterait pas moins de 76 immunisations avant l’âge de 18 mois ! »

POURQUOI C’EST FAUX

Cette rhétorique, régulièrement reprise dans des messages de propagande antivaccination, vise à faire croire qu’il faudrait administrer des dizaines de piqûres à un enfant pour qu’il soit à jour de ses vaccinations. Elle est pourtant largement exagérée. En effet, ce discours occulte le fait qu’une même piqûre regroupe plusieurs vaccins. Ainsi, pour reprendre la liste des vaccins qu’il est question de rendre obligatoire, quatre types d’injections peuvent suffire :

  • l’hexavalent (contre six maladies), qui inclut les trois vaccins jusqu’ici obligatoires (diphtérie, tétanos et poliomyélite, regroupés sous l’étiquette DTP) ainsi que la coqueluche, l’Haemophilus influenzae de type B et l’hépatite B ;
  • le ROR (contre trois maladies), qui protège contre la rougeole, les oreillons et la rubéole ;
  • le vaccin contre le pneumocoque ;
  • le vaccin contre les infections à méningocoque de type C.

Si l’on suit le calendrier officiel des vaccinations, deux de ces quatre injections doivent être administrés deux fois avant 18 mois, les deux autres trois fois. Soit, au total, dix piqûres entre la naissance et les 18 mois de l’enfant. Elles permettent d’administrer au total 31 doses de vaccins à ce dernier, et pas 76 comme semblait l’affirmer Michèle Rivasi. Contactée mardi 12 juillet, l’eurodéputée nous a répondu qu’elle n’était pas à l’origine de ce chiffre et n’a pas pu nous en confirmer la source.

Mercredi 13 juillet, son entourage nous a recontacté pour nous préciser que ce chiffre correspondrait en réalité au nombre d’antigènes présents dans les vaccins, multiplié par le nombre de rappels et serait cité dans un ouvrage à paraître.

Mais comme le notait en 2016 le rapport de la concertation citoyenne sur la vaccination (réalisé par un comité indépendant de seize personnes représentant la société civile, des professionnels de santé, des chercheurs en sciences humaines et sociales), les vaccins non vivants actuellement administrés aux jeunes enfants comme l’hexavalent « comportent un total d’environ 170 molécules antigéniques contre environ 3 000 dans les vaccins utilisés dans les années 1970-1980 ».

En réalité, les « vieux » vaccins protégeaient donc contre moins de maladie avec plus de 15 fois plus de molécules antigéniques. Parler de « 76 immunisations » comme un chiffre impressionnant, voire dangereux, est donc pour le moins trompeur.

  1. La majorité des enfants est déjà concernée par ces 11 vaccins

CE QUE DIT LA RUMEUR

De pétitions en tribunes hostiles à la vaccination, l’exagération du nombre de piqûres et de vaccins conduit souvent à un deuxième argument : les effets d’une telle politique de vaccination seraient inconnus. « Personne, à ce jour, n’a étudié les risques d’injecter autant de vaccins en si peu de temps », lit-on notamment dans la pétition du site santenatureinnovation.com.

POURQUOI C’EST FAUX

Passer de trois à onze vaccins obligatoires n’a pourtant rien d’un saut dans l’inconnu. En réalité, les huit nouveaux vaccins que le gouvernement souhaite rendre obligatoire sont déjà des vaccins recommandés. Ces derniers, y compris ceux qui sont administrés dans des injections séparées des vaccins obligatoires et à des temporalités différentes, comme le ROR, concernent 70 %, voire 80 % ou 90 % des enfants de deux ans.

Les enfants français déjà très majoritairement vaccinés

Couverture vaccinale des enfants de deux ans en 2015

0 %20 %40 %60 %80 %100 %Non-vaccinésVaccinésDTP (primovaccination)DTP(rappel) Coqueluche(primovaccination) Coqueluche (rappel)Haemophilus influenzaeb(primovaccination)Haemophilus influenzae b(rappel)Hépatite B 3 doses Pneumocoque conjugué 3 doses ROR (1 dose)ROR (2 doses)Méningocoque C

Source : Santé publique France (dossier sur l’élargissement de l’obligation vaccinale à 11 maladies), à partir des certificats de santé du 24ème mois (DREES-Santé publique France) et échantillon généraliste des bénéficiaires (EGB), mise à jour au 31/12/16

Là où certains opposants à la vaccination agitent le fantasme d’une forme de saut dans l’inconnu, il faut donc rappeler que la plupart des futurs vaccins « obligatoires » sont déjà une réalité pour la grande majorité des Français. Au moins 70 % des enfants reçoivent au moins 8 injections, selon le ministère.

Il est également erroné de présenter les vaccins combinés comme l’hexavalent comme étant des agents beaucoup moins neutres pour l’organisme que les vaccins traditionnels. Comme expliqué ci-dessus, les « vieux » vaccins protégeaient contre moins de maladie avec plus de 15 fois plus de molécules antigéniques.

Enfin, aucune étude n’accrédite l’hypothèse selon laquelle les vaccins combinés seraient moins sûrs.

  1. Un bébé n’est pas « trop fragile » pour supporter des vaccins

CE QUE DIT LA RUMEUR

Autre argument, développé notamment par la pétition de santenatureinnovation.com : un bébé disposerait d’un « système immunitaire immature », trop fragile pour encaisser les vaccins. La vaccination les exposerait donc à un danger, alors que « le système immunitaire du bébé n’est pas achevé ». Le site d’extrême droite breizh-info.com, qui diffuse régulièrement de fausses informations, est sur la même ligne, écrivant que la vaccination n’est pas appropriée pour les bébés, « dont le système immunitaire est, par définition en construction, donc par définition instable ».

POURQUOI C’EST FAUX

Ici, l’argumentaire antivaccination joue d’un argument pour le moins fallacieux. D’abord, il faut battre en brèche l’idée selon laquelle les nouveau-nés ne seraient pas exposés aux maladies en l’absence de vaccinations. Au contraire, ils sont exposés naturellement à des milliers de milliards de bactéries dès la naissance. Heureusement pour eux, ils disposent de ressources immunitaires pour lutter contre.

Différentes études scientifiques se sont donc intéressées au poids des vaccins sur l’immunité des enfants : mobilisent-ils ou non une grande partie des défenses de l’enfant ? Non, concluent les experts : une étude américaine publiée en 2002 a montré que les vaccins ne mobilisent pas plus d’un lymphocyte (nos cellules immunitaires) sur 10 000 chez l’enfant. Ce qui veut dire, selon eux, qu’un enfant aurait en théorie les ressources pour répondre correctement à 10 000 vaccins à la fois.

Loin de « fatiguer » le système immunitaire du nourrisson, les différentes études réalisées à ce sujet, dont une étude allemande de 2000, montrent au contraire que les enfants vaccinés ont de meilleures défenses que les enfants non vaccinés, y compris contre des infections sans lien avec les vaccins.

A l’inverse, les très jeunes enfants sont beaucoup plus vulnérables aux maladies contre lesquelles les vaccins protègent, comme la diphtérie, la coqueluche ou les méningites bactériennes. Toutes ces maladies, particulièrement contagieuses, peuvent frapper dès la naissance, y compris en cas d’allaitement prolongé. Là aussi, les études concluent que retarder la vaccination expose à ces risques, sans bénéfice pour la santé de l’enfant.

D’une manière globale, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que « la vaccination permet d’éviter chaque année 2 à 3 millions de décès dus à la diphtérie, au tétanos, à la coqueluche et à la rougeole. On pourrait sauver 1,5 million de vies supplémentaires en améliorant la couverture mondiale de la vaccination. »

  1. L’hépatite B n’est pas seulement une maladie sexuellement transmissible

CE QUE DIT LA RUMEUR

L’eurodéputée écologiste Michèle Rivasi affirme dans sa tribune sur le site Reporterre que vacciner les enfants contre l’hépatite B n’aurait aucun sens, puisqu’il s’agirait « d’une maladie sexuellement transmissible ». La campagne de vaccination aurait par ailleurs provoqué « plus d’un millier de cas de scléroses en plaques ».

POURQUOI C’EST FAUX

Le virus de l’hépatite B se transmet par le sang, le sperme et les sécrétions vaginales. En tête des risques de contamination, on trouve donc logiquement les rapports sexuels non protégés, les piqûres avec des seringues contaminées par exemple entre usagers de drogue, etc.

Mais cela ne veut pas dire que vacciner des nourrissons contre l’hépatite B est inutile. D’abord, des risques de contamination, certes moins fréquents, existent par transmission au sein de l’entourage, par exemple par l’intermédiaire de petites plaies, d’objets de toilettes piquants ou coupants (ciseaux, coupe-ongles, brosses à dents…). Dans 30 % des cas, en France, le mode de contamination reste inconnu, note santepubliquefrance.fr. Le fait de vacciner les enfants tôt permet donc de les protéger contre ces risques de contamination précoce et sans injection supplémentaire, via le vaccin combiné hexavalent.

Enfin, contrairement à ce qu’affirme par ailleurs l’eurodéputée, les nombreuses études réalisées sur le sujet n’ont jamais fait apparaître de lien de causalité entre l’apparition de la sclérose en plaques et la vaccination contre l’hépatite B.

  1. La supposée nocivité de l’aluminium vaccinal n’est pas prouvée

CE QUE DIT LA RUMEUR

Le professeur Henri Joyeux, médecin opposant de longue date à la vaccination, affirme dans une lettre ouverte au président de la République et à la ministre de la santé que « la nocivité » de l’aluminium vaccinal « est démontrée ». Un argument qu’on retrouve également, par exemple, dans la pétition de l’Institut pour la protection de la santé naturelle, qui réclame des vaccins sans aluminium.

POURQUOI C’EST FAUX

L’hydroxyde d’aluminium est utilisé comme adjuvant dans de nombreux vaccins, pour stimuler la réponse immunitaire de l’organisme. Ce procédé améliore l’efficacité des vaccins, en particulier lorsqu’ils sont dits « inactivés », c’est-à-dire qu’ils utilisent des agents infectieux morts. L’utilisation de ce type de procédés a contribué à réduire le nombre de molécules antigéniques dans les vaccins.

D’après les études menées sur le sujet, aucun lien de causalité n’a été établi entre la présence d’aluminium dans les vaccins et des troubles de la santé.

De manière générale, les sels d’aluminium, largement utilisés dans les vaccins depuis les années 1920 sont jugés efficaces et sont très bien tolérés par l’organisme.

Ces éléments ne suffisent ni à clore les débats et les recherches tout à fait légitimes sur ce sujet. Il s’agit simplement ici de rappeler qu’il est malhonnête de retourner ces questionnements pour discréditer les vaccins dans leur ensemble, particulièrement lorsque l’on en occulte par ailleurs les avantages avérés en termes de santé publique.

  1. Les parents qui refusent la vaccination iront-ils en prison ?

CE QUE DIT LA RUMEUR

Plusieurs textes qui circulent en ligne affirment que les parents qui refuseront la vaccination obligatoire iront en prison. « Dans cinq mois, en France, vous aurez le choix entre injecter 11 supervaccins chargés d’aluminium à votre enfant, ou aller vous-même en prison », lit-on notamment sur santenatureinnovation.com.

POURQUOI C’EST EXAGÉRÉ

En théorie, les parents qui ne vaccinent pas leurs enfants sont tout à fait passibles de poursuites. L’article L3116-4 du code de la santé publique précise que « le refus de se soumettre ou de soumettre ceux sur lesquels on exerce l’autorité parentale ou dont on assure la tutelle aux obligations de vaccination (…) sont punis de six mois d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende. »

Dans les faits, cette loi est très rarement appliquée. Invitée de RTL le 6 juillet, la ministre de la santé Agnès Buzyn s’est dite hostile à l’idée de poursuivre les parents qui ne se plieraient pas à l’obligation vaccinale. Elle a également indiqué réfléchir à la mise en place d’une « clause d’exemption » (différente de la clause de contre-indication médicale exceptionnelle) pour les parents hostiles à la vaccination.

Le Comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination, qui a préconisé cette mesure, la présentait ainsi :

« Après entretien avec le professionnel de santé exposant les conséquences d’une telle décision, les parents s’engageront par écrit selon une procédure formalisée à assumer les responsabilités civiles de leur refus incluant un risque de non-admission de l’enfant en collectivité. Le refus sera porté sur le carnet de vaccination. A tout moment, les parents pourront revenir sur cette décision. »

Le gouvernement n’a pas encore tranché cette question.

  1. L’obligation vaccinale n’est pas une exception française

CE QUE DIT LA RUMEUR

Certains opposants affirment, comme Michèle Rivasi, que « nos voisins (…) ont fait de la liberté thérapeutique une véritable valeur sanitaire », laissant les parents libres de leur choix en matière de vaccination. La France serait donc, selon certains, une exception avec sa législation qui rend des vaccins obligatoires.

POURQUOI C’EST FAUX

Il existe en réalité des situations très variables d’un pays à l’autre, avec à chaque fois leurs subtilités. Une chose est certaine : l’affirmation selon laquelle la France serait le seul pays à rendre des vaccins obligatoires relève du mensonge.

Comme le relevait France Info en 2016, déjà au sujet de propos tenus par Michèle Rivasi, une comparaison européenne publiée en 2012 notait que 15 pays avaient un système basé sur des recommandations contre 14 avec au moins une obligation. Parmi ces derniers, on trouvait notamment l’Italie (qui vient par ailleurs d’adopter une mesure visant à rendre douze vaccins obligatoires), la Grèce ainsi que plusieurs pays de l’Est.

Malgré l’absence d’obligation vaccinale, l’Allemagne impose depuis peu aux parents une consultation médicale dédiée à la vaccination pour pouvoir inscrire un enfant à l’école. Ceux qui s’y soustraient peuvent être condamnés à une amende de 2 500 euros. Un choix motivé par les récentes épidémies de rougeole dans le pays.

  1. Un cadeau pas si juteux pour les laboratoires pharmaceutiques

CE QUE DIT LA RUMEUR

Certains textes qui circulent en ligne évoquent un cadeau de l’ordre de plusieurs centaines de millions d’euros par an pour les laboratoires pharmaceutiques, signe que le gouvernement serait à la solde des lobbies.

POURQUOI C’EST FAUX

En réalité, le passage de trois à onze vaccins obligatoires est loin de représenter une aubaine financière pour les laboratoires. Le ministère de la santé estime que l’élargissement de la couverture vaccinale coûtera entre 10 et 20 millions d’euros à l’Assurance-maladie, qui prendra en charge les nouveaux vaccins obligatoires à 65 % (le reste étant à la charge des mutuelles) en atteignant une couverture de 95 % de la population pour les onze vaccins.

Au total, les nouveaux vaccins obligatoires représenteraient donc un coût d’environ 15 à 30 millions d’euros par an. Ce calcul ne tient pas compte du fait que des hospitalisations et maladies pourront être évitées grâce à la vaccination.

Certains opposants au passage à onze vaccins obligatoires ont pu se baser sur le rapport du Comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination, qui citait une fourchette de 110 à 120 millions d’euros par an (plus d’une centaine de millions d’euros, mais pas plusieurs néanmoins…). Sauf que ce chiffre ne correspondait pas au coût des huit nouveaux vaccins obligatoires. Il estimait en réalité la prise en charge à 100 % des onze vaccins par la sécurité sociale, y compris ceux qui étaient déjà vendus aujourd’hui.

A l’arrivée, les bénéfices que les laboratoires pharmaceutiques réaliseront (une fois déduits leurs frais du chiffre d’affaires de 15 à 30 millions d’euros) se chiffreront plus en millions qu’en centaines de millions d’euros.

D’autres questions sur les vaccins ? Contactez la rédaction

Vous avez vu circuler d’autres rumeurs au sujet de la vaccination et vous vous interrogez ? N’hésitez pas à nous les transmettre en nous contactant par e-mail à l’adresse decodex@lemonde.fr. Nous vous répondrons.

Décodex : nos outils contre les fausses informations

Utilisez les outils développés par Les Décodeurs pour vous aider à éviter les fausses informations :

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/07/11/antivaccins-des-mensonges-dans-un-debat-legitime_5159187_4355770.html#I6KKuQFZVj9IY5uE.99

Auteur Adrien Sénécat pour le décodex/Le-Monde

Si vous avez lu l’article de Ch. Sannat, (gare au décodex Charles) vous apprécierez la performance de l’auteur pour convaincre les inquiets, et sur sa culture médicale, « meilleure » que celle d’un professeur diplômé. Pourquoi ne dit-il pas qu’un bébé est protégé par le colostrum de sa mère durant les premiers jours et par le lait maternel ensuite, s’il est allaité?.

Retour à l'accueil