La Commission européenne a autorisé l’importation pour l’alimentation humaine et animale de quatre plantes génétiquement modifiées le 4 juillet. Il s’agit de deux cotons et deux maïs. Elle a par ailleurs ré-autorisé à l’importation pour l’alimentation humaine et animale du maïs MON 810. Cette décision est intervenue « alors que la majorité des États membres et le Parlement européen s’y étaient montrés hostiles », regrette l’association Inf’OGM.

Lors des réunions entre représentants des États membres, aucune majorité qualifiée ne s’est distinguée pour ou contre l’autorisation de ces OGM. La Commission a donc pu prendre la décision qu’elle souhaitait malgré le fait que seule une minorité de pays de l’UE y est favorable.

Et en ce qui concerne la ré-autorisation du MON810, il s’était même dégagée une majorité contre lors d’un comité le 27 mars dernier.

Inf’OGM note donc que « l’adoption de ces cinq décisions d’autorisation par la Commission met en lumière une fois de plus le caractère insatisfaisant de la procédure d’autorisation des OGM, où l’absence de majorité qualifiée lors des votes en comités est systématique et rejette sur la Commission la responsabilité de prendre une décision. »

Sur son territoire, la France pourra malgré tout continuer à interdire la culture des OGM, à défaut de pouvoir interdire leur importation et consommation.

Retour à l'accueil