Guillaume Roquette (Directeur de la Rédaction du Figaro) : «Je pense qu’il faut mettre des murs, parce que je pense que c’est la seule solution pour éviter une immigration qui nous débordera.

L’Autriche est en train de mettre des policiers à sa frontière pour se protéger, comme l’a fait la Pologne, comme l’a fait la Hongrie, je vous assure que ça va pas s’arrêter là. Le mur ne permet pas d’arrêter tout le monde, mais y’a un moment où on a le droit de se défendre
– LCI, 6 juillet 2017, 17h47

«Je trouve que le côté « donneur de leçons » de jacques Toubon, tranquillement installé dans ses bureaux du 7ème arrondissement de Paris, c’est un peu facile. Qu’il aille à Calais ! Qu’il aille Porte de la Chapelle ! C’est compliqué ! Il y a ces gens qui arrivent par centaines, voire parfois par milliers. Vous avez des tensions considérables, parfois des bagarres. Donc, moi j’aime pas les donneurs de leçons sur un sujet aussi grave.

(…) Les individus ont une éthique de conviction qui consiste à accueillir les gens, les aider et les secourir, en particulier quand ils meurent de faim ou se noient. En revanche, les Etats, eux, ont une autre éthique, une éthique de responsabilité consistant à dire, nous ne pouvons pas accueillir tous les gens qui veulent venir chez nous.

Et moi, contrairement à Matthieu Croissandeau, je pense qu’il faut mettre des murs, parce que je pense que c’est la seule solution pour éviter une immigration qui nous débordera. L’Autriche est en train de mettre des policiers à sa frontière pour se protéger, comme l’a fait la Pologne, comme l’a fait la Hongrie, je vous assure que ça va pas s’arrêter là. Le mur ne permet pas d’arrêter tout le monde, mais y’a un moment où on a le droit de se défendre.»

source

Retour à l'accueil