Alors que l'opinion s'interroge sur le fait que le djihadiste Adam Djaziri avait une autorisation préfectorale pour détenir des armes bien que fichés S pour radicalisme islamique, une circulaire du Ministère de l'intérieur pose des conditions strictes sur le port d'arme en dehors du service pour les policiers.

Après les attentats de Paris et Saint-Denis en novembre 2015, les policiers avaient obtenu le droit de porter leur arme partout, même en congés, pour peu qu'ils préviennent leur hiérarchie au préalable. Désormais, c'est impossible. Les nouveaux critères prévoient que les agents qui souhaitent porter leur arme hors service aient effectués au moins un entrainement de tir durant les quatre derniers mois pour pouvoir en bénéficier, et non plus trois tirs par an, que certains regroupaient sur une même période. Ces conditions s'appliquent aussi aux trajets domicile-travail entre deux services. En région parisienne, la situation est d'autant plus tendue que plusieurs stands de tirs ont momentanément fermé ces derniers mois. Dans certains départements, à peine un fonctionnaire sur cinq colle aux nouveaux critères.

Alors que le risque n'a jamais été aussi élevé, que les policiers sont une cible privilégiée des djihadistes, la Direction générale de la police nationale décide de les désarmer. C'est proprement hallucinant...

Source : http://www.europe1.fr/societe/info-e1-une-circulaire-durcit-les-conditions-du-port-darme-hors-service-pour-les-policiers-3367514

Retour à l'accueil