Quelques nouvelles de notre planète. Parce que nous l’aimons, nous devons la protéger. Tout est fait pour la polluer, la piller, détruire ce qui y vit et qui est monnayable. Nous acceptons par ignorance, par « jem’enfoutisme », par égoïsme, par facilité, parce que beaucoup s’imaginent qu’ils sont impuissants. Si nous n’agissons pas, ces enfants que nous chérissons, n’auront plus le bonheur de contempler les animaux sauvages, les fleurs et forêts, tout ce qui fait que notre planète est exceptionnelle, magnifique et sans doute unique en son genre.

Une mère de famille rédige un mot d’excuse, pour que son fils n’aille pas à Marineland avec sa classe.

« Nous pensons qu’il n’est pas éthiquement acceptable que des dauphins et des orques qui parcourent entre 100 et 200 km par jour dans la mer, soient enfermés dans des piscines et sautent dans des cerceaux. J’enseigne à mon enfant à ne pas s’émerveiller de la détresse animale. Merci de votre compréhension, cordialement, Audrey. » Voir l’article de Nice-Matin

Déjà massacrés pour leurs défenses, les éléphants sont désormais tués pour leur peau

Comme c’est souvent le cas avec les éléments provenant des animaux, la peau de l’éléphant posséderait des vertus réputées dans le domaine de la médecine. Elle serait également utilisée pour réaliser des bijoux, ce qui justifie cette nouvelle vague de braconnage dont sont victimes les éléphants. Mais le plus inquiétant dans ce phénomène est qu’il prend de l’ampleur sans que les associations de défense ne sachent pourquoi…./…

Lire l’article sur DailyGeekShow

La quasi totalité des réserves d’eau françaises contaminées par les pesticides.

Si les pesticides ont initialement un rôle de protection des cultures, ils présentent in fine, par leur migration dans les différents milieux, des dangers pour l’homme et les écosystèmes, avec un impact immédiat ou à long terme. La contamination des cours d’eau est quasi-généralisée en France, essentiellement par des herbicides en métropole et des insecticides en outre-mer. Les secteurs aux teneurs les plus fortes correspondent aux zones de grande culture céréalière, maraîchère ou viticole : nord de la France, bassin parisien, Sud-Ouest, amont du Rhône, Martinique. De façon générale, les eaux souterraines semblent moins contaminées par les pesticides que les cours d’eau mais avec une large présence des produits de dégradation des pesticides.

Voir les cartes et article sur srv497.fr.nf

Fessenheim: La centrale marche toujours sur trois pattes
 
Voilà un an que le réacteur n° 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim est arrêté, l’Autorité de sûreté ayant suspendu le certificat d’épreuve d’un de ses générateurs de vapeur pour un défaut de forgeage. L’instruction du dossier durera encore plusieurs mois…/…
Lire l’article sur l’Alsace.fr
 
L’Amazone menacé par les projets de barrages
Construire les 428 barrages hydro-électriques projetés dans le bassin amazonien — trois fois plus que le nombre actuel – serait dévastateur pour l’environnement, prévient une étude parue dans la revue scientifique Nature.

« Nous devons changer la façon dont les gens considèrent cette question », dit Edgardo Latrubesse, professeur à l’Université du Texas (à Austin), dont l’équipe a produit un « index de vulnérabilité environnementale » de ces différents projets.

« Nous détruisons massivement nos ressources naturelles, et il faut trouver rapidement des alternatives pour un développement durable », souligne-t-il.

Ce réseau de rivières, affluents du fleuve Amazone, est le plus étendu au monde. Il vient alimenter la principale concentration de biodiversité de la planète, qui serait ainsi privée de nutriments si toutes ces retenues étaient construites…/…

Lire l’article sur Géo.fr

Chaque minute, 23 hectares de terres transformées en désert (anglais)

« Certains ne bougent plus, arrêtent de manger, se laissent mourir »… : les refuges pour animaux disent halte à l’abandon.

A l’approche de l’été, les refuges pour animaux affichent déjà complets. Abandonnés par leurs maîtres, ils sont des milliers de chiens et de chats à manifester leur détresse derrière les barreaux de leur cage jusqu’à se laisser, parfois, dépérir…/…

Lire l’article sur FranceTvInfo

Au Pérou, un projet d’aéroport près du Machu Picchu menace les terres quéchuas

Le 3 février 2017, le président péruvien posait la première pierre du nouvel aéroport international de Cusco, dont l’ouverture est prévue pour 2021. Ce projet privilégie le tourisme de masse au détriment des modes de vie des populations autochtones et de leur environnement.

À 3.700 mètres d’altitude, la nature est souvent inhospitalière. C’est pourtant là, sur la plaine de Chinchero, entre montagnes sacrées et sites archéologiques incas, que le gouvernement péruvien a décidé de construire le nouvel aéroport international de Chinchero. Un projet que regrette Arcadio, chef de village Quechua : « La construction de l’aéroport anéantit nos habitudes et notre culture, mais il est très difficile de s’y opposer aujourd’hui. »

Lire l’article sur Reporterre

Le renard n’est pas un animal nuisible, arrêtez de le massacrer

Le renard roux (« Vulpes vulpes ») est le prédateur le plus persécuté en France. Plusieurs centaines de milliers de renards sont éliminés chaque année pour satisfaire les désirs du lobby de la chasse. C’est une absurdité, plaide l’auteure de cette tribune.

Il ne fait pas bon être un animal prédateur en France. Les « grands » que sont l’ours, le lynx et le loup ont été exterminés au cours du siècle dernier et tentent, non sans mal, de se refaire une place au sein des milieux naturels de l’Hexagone. Les « petits » connaissent la même discrimination, mais leurs capacités d’adaptation leur permettent de s’accrocher aux paysages français, au grand dam de leurs détracteurs…./…

Loin de prendre acte et d’adapter nos habitudes destructrices à la présence de cet animal plein d’enseignements, la réglementation française (et donc les gouvernements successifs) autorise un large panel d’outils de mises à mort spécifiques à cet animal…./…

Lire l’article sur Reporterre

Malgré l’interdiction, le Japon lance une nouvelle campagne de chasse à la baleine.

Le Japon a lancé mercredi une nouvelle campagne de chasse à la baleine dans le nord-ouest du Pacifique malgré les critiques internationales et l’opposition d’organisations de défense des animaux.

Trois navires auront quitté leur port d’ici jeudi pour une mission prévue jusque fin septembre avec pour objectif de tuer 43 baleines de Minke et 134 rorquals boréals, ont précisé l’Agence de la Pêche et le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué commun.

Dimanche, le Japon avait déjà lancé la chasse le long de ses côtes du Pacifique nord, pour la prise de 47 baleines de Minke d’ici mi-juillet.

Le Japon invoque des visées scientifiques, mais il n’a jamais fait un secret du fait que la viande de l’animal marin finissait souvent dans les assiettes.

Lire l’article sur La Provence

Retour à l'accueil