Le groupe Michelin a annoncé la suppression de 1.500 postes en France. La direction affirme qu’il n’y aura aucun départ contraint.

 

Avec un titre boursier en hausse de 35% sur un an, Michelin va très bien. Et pourtant, la marque qui embauche 110.000 personnes dans le monde va supprimer des emplois, pour d’après le groupe, mieux préparer son avenir. En France, 1.500 postes devraient être supprimés. Le tout sans souffrance sociale assure la direction qui compte sur le non-remplacement des départs en retraite, ou sur des départs volontaires.

Principal site concerné par les annonces : l’usine de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Le berceau historique de la marque a connu une dizaine de plans sociaux depuis les années 1980 et perdu plus de la moitié de ses effectifs, près de 15 000 salariés. Ce nouveau projet, c’est encore près de 1.000 postes en moins pour l’usine alors que pour les salariés sont déjà surchargés de travail. En contrepartie de quelques efforts, la direction promet aussi des recrutements dans les années à venir.

Retour à l'accueil