Un couple de Maubeugeois, assigné à résidence depuis le mois de décembre 2015 en raison de ses connexions avec la mouvance islamiste, a retrouvé sa liberté de mouvement. Le Conseil d’État, saisi par le ministère de l’Intérieur, a annulé, ce lundi, les mesures les frappant, suivant la décision du tribunal administratif de Lille rendue vendredi dernier.


La Voix du Nord

Retour à l'accueil