Les Grecs devront travailler en moyenne 203 jours cette année pour payer l’ensemble de leurs impôts, selon une étude réalisée par le Dragoumis Center for Liberal Studies (KEFIM). C’est 15 jours de plus qu’en 2016. Le « Tax Freedom Day » – le jour où les Grecs ne travailleront plus pour l’Etat, mais pour eux-mêmes, tombe maintenant le 23 Juillet. Il n’y a que dans deux pays de l’UE que la journée de la libération fiscale est encore plus tardive : en Belgique et en France. (Kathimerini)

 

//platform.twitter.com/widgets.js

 

Retour à l'accueil