57% d’abstentions... On n’a jamais vu cela, et ce score lamentable du système prouve que j’avais raison en évoquant un coup d’Etat oligarchique. Le résident actuel est passé avec pas grand-chose, les gens l’ont compris, ils ont compris aussi que leur vote ne compte plus beaucoup dans ce système.

Le 7 mars dernier j’écrivais donc sur dedefensa.org :

« On s’achemine vers un événement pas très rassurant. Le système est devenu tyrannique et voudrait coffrer les gens qui ne lisent pas Le Monde. Le trio satanique OTAN-BCE-Bruxelles veut imposer son Macron comme hier son Juppé. Candidat du triangle magique Rothschild-Drahi-Soros, le vendeur d’Alstom est l’enclume rêvée où le marteau du capital mondialisé aplatira ce qui reste de France libre.

La nouvelle caste cruelle qui se met en place sous le label d’européen ou de libéral-libertaire n’a plus peur des obstacles.

Guy Debord :

“Il faut conclure qu’une relève est imminente et inéluctable dans la caste cooptée qui gère la domination, et notamment dirige la protection de cette domination. En une telle matière, la nouveauté, bien sûr, ne sera jamais exposée sur la scène du spectacle. Elle apparaît seulement comme la foudre, qu’on ne reconnaît qu’à ses coups. Cette relève, qui va décisivement parachever l’œuvre des temps spectaculaires, s’opère discrètement, et quoique concernant des gens déjà installés tous dans la sphère même du pouvoir, conspirativement. Elle sélectionnera ceux qui y prendront part sur cette exigence principale : qu’ils sachent clairement de quels obstacles ils sont délivrés, et de quoi ils sont capables.”

Les obstacles dont on est délivrés, ce sont clairement les élections. »

C’est aussi le futur qui m’intéresse ici. Le pouvoir en place a pour mission de saborder ce qui reste de libertés au nom de la lutte contre la terreur qu’il a lui-même créée en collaborant à toutes les guerres impérialistes du Moyen-Orient ; le pouvoir actuel a pour mission de vendre ce qui reste de patrimoine national, d’industries et de bijoux de famille (on n’est pas le Venezuela, comme a dit Manu) ; le pouvoir actuel a pour mission de satisfaire les ogres et les fous de Bruxelles en remboursant la dette immonde que leur euro a créée et a fait gonfler pour le profit des banquiers de Goldman Sachs (où pantouflent Issing, Rasmussen, Barroso et consorts) ; le pouvoir actuel doit liquider les droits sociaux et le droit du travail, et ce qu’il en reste.

Nous ne savons pas encore si cette abstention est un gage de soumission ou de rébellion froide et silencieuse.

On saura donc bientôt si la France actuelle se soumettra ou se relèvera contre la rage des élites devenues folles. Nietzsche disait que chez le petit peuple l’appétit vient en mangeant ; mais chez les riches aussi, surtout depuis les années 80 de Mitterrand-Fabius. Et les plénipotentiaires du capital mondialisé qui nous dirigent ont de plus en plus faim.

La suite est simple : le peuple se soulèvera ou on le dissoudra.
 
Retour à l'accueil