C’est une histoire au long cours car les deux hommes se sont rencontrés en 2012, en des temps bien troublés. À cette date, Antonin Lévy, jeune et brillant avocat, rencontrait François Fillon alors que celui-ci briguait la présidence de l’UMP et s’en faisait souffler le titre par son concurrent Jean-François Copé. Non sans se battre.

[...]

Protégé par les plus grands du métier, François Sureau, Jean-Michel Darrois et Olivier Metzner, il a su faire oublier qu’il était le fils de son père, Bernard-Henri Lévy. À son actif, un parcours impeccable qui l’a mené jusqu’à la conférence du stage et à des clients parmi le CAC40. Cela ne l’empêche pas, par ailleurs, d’être actif dans l’association Pierre Claver, en faveur de l’intégration des demandeurs d’asile. « C’est devenu tentaculaire », s’amuse celui qui préfère rester discret sur ses activités annexes.

Appelé mercredi soir par le candidat de la droite à la présidentielle, Antonin Lévy avoue pour l’instant être dans la phase d’analyse. « Tout repose sur un article satirique de presse. Même si c’est toujours habilement écrit, bien des affaires sorties par le Canard se sont terminées par un non-lieu », rappelle prudent, Antonin Lévy.

Lire l’article complet sur lefigaro.fr

Retour à l'accueil